Copyright Dominique Debart 2009

Après les crêtes, réparer les côtes

Ours De Glandasse
Photos 2009

Lettre
Printemps 2009

Lettre
Été 2009

Lettre
Automne 2009

Lettre confidentielle, à diffusion restreinte pour ne pas choquer les âmes sensibles, bien que cela amuse beaucoup mes petits-enfants (génération 2004).

Sommaire

Les crêtes de Lus-La-Croix-Haute

L'accident

Blog

Durbonas - Les crêtes de Lus-La-Croix-Haute

Dimanche 28 juin 2009

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
T-shirt de la transhumance

T-shirt de la transhumance au Col de Rousset : comme j'aurai aimé être aussi agile que les moutons.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Roc et tête de Garnesier, au fond le grand Ferrand

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Roc et tête de Garnesier, dans les nuages, le grand Ferrand.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Des planeurs allemands virevoltent autour de notre coin-repas.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Je ne savais pas que cela serait ma dernière photo du jour !

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

L'accident

Dans la descente assez rapide, je trébuche, et pour me rétablir, je pars en courant sur une dizaine de mètres. Là face à moi, un buisson avec des arbres, j'en évite un en me projetant sur la droite. Alors, ma tête cogne un autre arbre. Je suis assommé, et inconscient, suis projeté cinq mètres plus bas. Je me réveille très rapidement et m'aperçois que le mal de tête s'estompe pour faire place à un mal de dos sans commune mesure.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

En attendant les secours, ce n'est pas la forme !

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Les gendarmes arrivent rapidement.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Le médecin descend en premier.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Premiers soins, les secouristes me trouvent un peu douillet…

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

…mais finalement, j'ai droit à ma première dose de morphine.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Bien saucissonné !

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Envolées les vacances !

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

L'hélicoptère se pose dans une prairie un peu plus bas, me dépose dans l'herbe avec le médecin et retourne treuiller les deux autres secouristes restés sur place plus haut.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Les « Ours » sont montés au Col chercher mes affaires et me les ont livrées à Gap.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Après dix jours de manque, vite mon ordinateur, j'y suis plus accroc qu'à la morphine !

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Vue de ma chambre.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Comme pour Cédric à l'hôpital de Briançon, il y a du spectacle avec les collègues qui arrivent en hélicoptère.

À Gap, un scanner à l'arrivée et radio des poumons, tous les jours aux soins intensifs.
Bilan : « volet costal » avec cinq à sept côtes cassées, quatre cassées en en trois morceaux, celle du milieu étant en plus cassée dans le sens de la longueur.
Un traumatisme pulmonaire (hémothorax) assez grave avec deux litres de liquide dans les poumons.
Pour le nombre de côtes, c'est un problème d'intervalles : une côte juste cassée ne se voit guère sur la radio ; on sait qu'une côte est cassée lorsque l'intervalle avec la voisine est irrégulier. Il y a six intervalles anormaux entre la neuvième et la troisième côte. On ne sait pas si les deux côtes extrêmes sont cassées et cela n'a guère d'importance, on les laisse se ressouder toutes seules et côté souffrance, on n'est plus à ça près.

La douleur, très vive au début, s'est peu à peu estompée. Lorsqu'il me couchait sur la plaque pour la radio du matin, c'était insupportable. Sinon petit à petit, je n'avais mal que pour les changements de position.
On m'apprend à respirer à l'aide de machines qui compressent les poumons, une torture au début, puis je m'y suis fait !
Je souffle maintenant une heure par jour dans le « taema ». Cela déchire un peu le poumon, mais à part cela je ne souffre plus trop, grâce à 6 comprimés d'efferalgan par jour !

Après dix jours aux soins intensifs, puis dix autres jours en pneumonie, l'hémothorax se réduit.
Du 12 au 14 juillet, j'ai eu une permission de trois jours passés au Col de Rousset (Merci à la MAIF qui a payé le taxi) et de retour à l'hôpital, j'attends le vendredi 17 pour un transfert au centre de convalescence Rhône Azur de Briançon où je devrai rester trois semaines.

Merci aux « Ours » qui ont été très efficaces, aux CRS du secours en montagne de Briançon, et au service des soins intensifs de Gap qui m'ont chouchouté pendant dix jours.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2009

Vue de ma chambre.

Bien arrivé à Briançon.

Tranfert impressionnant avec une conductrice d'ambulance, qui a fait toute la route (de montagne) en conduisant d'une main, et avec l'autre, elle n'a pas arrêté d'envoyer des SMS !

Arrivée vendredi soir et maintenant tout un week-end à passer à ne rien faire faute de personnel !

Ici je devrai rester, non pas trois semaines, mais quatre à six semaines ! Cela va être long, heureusement il y a permission pour les week-ends, sauf aujourd'hui et demain.

Centre médical Rhône-Azur
70 route de Grenoble
05105 Briançon Cedex

Blog

Merci à tous pour vos nombreux messages de sympathie et d'encouragement.
Au hasard des arrivées, voici quelques mails :

Salut Patrice
On ne parle plus que de toi !  Entre émotion et humour, mais seulement depuis les dernières nouvelles apportées par Joël et qui semblent montrer une nette amélioration !
En effet on craignait des tourments plus grands au récit de Christiane et de Joël ! Il ne semble pas que quiconque, même toi ne saches vraiment ce qui s'est vraiment passé !
Va-t'on devoir te tenir en laisse à ta prochaine rando ?  Évidemment je plaisante, car nous aimons bien ta présence amicale et souvent emprunte d'humour, mais de là à croire que tu l'aurais fait exprès pour le fun et te distinguer ? Non ! Non !

Nous avons encore parlé de toi ce samedi de fête chez Joël…

Michel dit MiGo et Nicole

Attablés sur la terrasse de Joël, nous pensons bien à toi. Rétablis-toi vite pour trinquer avec nous.
Grosses bises, amitiés

Cristie

Photo de Françoise MagnanDe quoi changer la vue depuis ton lit de douleur… en PJ ; photo du 15 juillet 09 ;
Rêve à ton retour au Col dans qq semaines ;
il fera encore beau, quand tu sortiras de ce « tunnel »…
Bises ! Sois bien prudent à Briançon pour bien guérir.

Françoise M.

Toute la famille s'est passionnée devant les photos du réalité show…
Si tu veux du sans risque (à moins de t'électrocuter) on a des bricolages qui t'attendent à Reims
Bises

Sylvie

Bon rétablissement et à bientôt sur les pistes de ski.

Étienne, Gisèle

Nous te souhaitons un bon rétablissement, une bonne convalescence et espérons te voir rapidement par monts et par vaux, sur le Diois, parmi les « Ours ».
Amitiés

Charly et Maryse

Bien mieux que Paris-Match !
Julian réclame tout de même la photo de la chute !

Les Dom’s & JFT

Dommage, mais mes photographes ont préféré prodiguer les premiers soins, plutôt que de faire des photos. Et quoiqu'en dise MiGo, même pour le fun, je ne suis pas prêt à recommencer !

Patrice

Desssin de Serge Cecconi Prends bien soin de toi. Tu vas avoir du temps pour « faire des maths » ! Souffle doucement, mais sûrement !
Biz.

Marie

Salut Patrice !
Bah je n'étais pas au courant de ton expé… (Pas mal les photos en direct live !).
J'espère que tu te remets bien. À bientôt.

Christophe (detrsdhorizon.fr :ça c'est pour le cas où tu t'ennuies)

…Oui, que dire d'autre ??? Tout le monde a été sous le choc… Bon,  des côtes cassées, ça fait mal, mais ça se répare avec un peu de patience…
Enfin sache Patrice que même ceux que tu ne vois pas souvent, car ils marchent peu (ils ont quand même beaucoup marché, mais ont découvert le vélo ou sont moins dégourdis que nos intrépides « Ours ») pensent à toi, parlent de toi, s'inquiètent et espèrent que cela ne perturbera pas trop tes projets d'été…
Amicalement.

Éliane

Photo de MadeleineÀ bientôt, pour les côtes… du Rhône.

Jean-Paul

Surtout ne ris pas, ça fait mal ! Répare-toi bien vite.

Élodie

Je compatis à ta douleur, ayant déjà eu deux fois une côte abîmée. Alors 7…
Bises

Madeleine

Cot, cot, cot… Cot, cot, cot, cot… 7 cot !

Françoise H.

Je viens de voir ton site Internet avec le roman-feuilleton de ton accident. La famille Debart et les photos c'est vraiment une histoire d'amour. Franchement, si j'avais su pour ton accident, je serais venu te voir plus tôt…
En tout cas, je te fais de gros bisous.

Isabelle

Par curiosité, j'ai cliqué sur le lien en fin de page de votre message. C'est affreux !
Et avec ce qui vous est arrivé, vous pensez encore à mes douze points ?
Vous avez beaucoup de courage. Je vous souhaite un bon et rapide rétablissement.

Cordialement, Michel Sa.

Et voilà ! On veut faire le jeune et des folies avec son corps et on oublie qu'on a droit à la carte senior.
Prompt rétablissement quand même. Et bon courage !

Michel So.

Bonjour Patrice,
Quelle aventure !
J'espère vraiment que le plus dur est maintenant passé et qu'un complet rétablissement est en vue même si le chemin doit encore paraître un peu long. C'est une autre randonnée à parcourir, et elle n'était pas au programme.
Je te souhaite patience et courage. Amicalement.

Jérôme

Index
lettres

6 mai 2009
Côme

Lettre précédente :
Printemps 2009

Lettre suivante :
Été 2009

Lettre no 48, créée le 9/7/2009