ODG - Les Ours De Glandasse

Au cœur du parc des Écrins

Sommaire

Photos
2007

Via ferrata
Le Baus de la Frema

Via ferrata
Les Canyons de Lantosque

Fressinières

Été 1989, les Ours dressent leur guitounes au camping des Allouviers, près de Fressinières. La via ferrata du coin parcourue deux à trois fois par certains, quelques très belles balades, un peu de haute montagne, Aile froide par exemple, nous incitaient à revenir en ces lieux. C'est ce que nous avons fait du 13 au 15 juin.

Mercredi dernier nous nous retrouvons au pied de la grande falaise aux teinte ocres. Jean-Pierre emmène le gros des troupes sur une de ces randonnées en crête dont il a le secret, celle de Rortie.

Via ferrata de la Grande Falaise

Nous serons 5 à préférer les joies d'une longue traversée aérienne, dalles, vires, «grotte-ogive» et lys orangés, dans un cadre lumineux.

Nous voici dans la première via ferrata française, un itinéraire historique réalisé par Lionel Condamine en 1988. C'est une balalade qui traverse la falaise de gauche à droite, une voie très variée, assez physique, avec un équipement minimum qui permet un contact avec le rocher. bref on retrouve un peu le plaisir de l'escalade, pieds en adhérence, main sur les écailles. Splendide.

Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007
Les Ours De Glandasse - Photo copyright Patrice Debart 2007

Gîte de Dormillouse

En fin d'après-midi, nous irons tous au parking des cascades sus Dormillouse. Dormillouse, un petit village perdu au bout de la vallée de Fressinière, perché à 1700 mètres et qui servit pendant bien longtemps de lieu d'asile, en 524 à des réfugiés lombards, vers le XIVe sciécle à des Vaudois fuyant l'inquisition, puis à des réformés. Vie très dure maie les termes de fierté, tolérance, liberté de penseret d'agir n'étaient pas de vain mots.

Revenons à notre petit groupe qui arrive, en fin d'après-midi, au refuge de l'école. Accueilchaleureux, bon repas chaud, lits confortables pour nos muscles fatiguées. Que demander de plus ?

Le jeudi 14 juin nous irons de lacs en cascades au milieu de fleurs innombrables, rhododendrons, joubardes, gentianes, lys… Ce sera d'abord le lac Palluel (2472 m). Il est à 9°, deux courageux se jettent à l'eau juste le temps d'une photo sur fond de neige.

Centaurée des montagnes

Il vaut mieux que les chamois ne se retournent pas !

Lac Palluel

Carré blanc - Photos non proposées au journal - Enfants et âmes sensible, cliquer sur ce lien : suite

Le slip de bain est resté dans la voiture, le parking est un peu loin.

Y-a pas de glaçons, mais 9° c'est pas bien chaud

Lac Faravel

Nous poursuivrons jusqu'au lac de Faravel. Seulement 6°, nos deux baigneurs s'abstiennent. En face de nous quelques chamois jouent dans les névés, une grosse marmotte sans doute un peu myope nous frôle pour regagner son trou. Pousons juqu'au lac de Fangeas aux eaux particulièrement limpides et profondes pour poser les sacs.

Un vent violent, peut-être annonciateur d'orage, nous incite à écourter la sieste.
Fausse alerte qui nous permettra de descendre en douceur et d'admirer tout à loisir une cascade impressionnante, puis le hameau de Dormillouse, juste en face de nous.

Que dirons les archéologues !

Le village de Dormillouse

L'église et le gîte de l'école.

Voila deux belles journées, que nous réserve la troisième ? Et bien la pluie qui nous pousse à regagner nos pénates. Seul « l'artiste » laissera une partie de ses petites affaires au refuge, persuadé que les Ours partent en rando même par mauvais temps. Certes ce fut vrai, mais en des temps très anciens.

Marie Claire

Réveillé à 7 heures pour une balade,le temps ne semblant pas trop menaçant, je posais mes affaires au chalet dans le coin prévu la veille (curieux, j'étais le seul).

Insouciant, je butinais quelques fleurs, tout en trouvant que la randonnée descendait beaucoup.

Arrivé au parking, les « Ours » ont bien rigolé !

Merci à Jean Paul, Élodie et Nicole qui ont eu la patience de m'attendre.

Patrice

Vers 13 h, nous nous retrouvons à Die chez Marie-Claire pour un apéro improvisé et surtout bien décidés à partir à nouveau quelques jours en montagne à la première occasion.

Page info no 118,
créée le 22/6/2007 pour les Ours De Glandasse,
créée le 1/5/2017.